Lettre au Président du CASDIS de la Marne

Monsieur le Président du Conseil d’Administration du SDIS de la Marne,

Vous n’êtes pas sans ignorer que la loi de finance votée en décembre 2017 pour l’année 2018 prévoit dans son article 115 la mise en place d’une journée de carence dans la fonction publique. Cette décision prise sans concertation avec les organisations syndicales représentatives, a été mise en place pour soi-disant équilibrer le secteur public et privé. Il est de fait qu’en réalité il s’agit d’un moyen pour l’état, certaines collectivités et établissements territoriaux de récupérer de l’argent sur le dos des agents malades et souffrants.

Si vous ne le savez pas déjà, en vous rapprochant du groupement des ressources humaines de notre SDIS, vous apprendrez que les agents n’utilisent pas d’arrêts de complaisance et que le nombre de jours de maladie est bien en dessous de la moyenne nationale. Cela a fait d’ailleurs l’objet de plusieurs explications et comptes rendus lors de diverses réunions. Vous pourrez aussi constater au passage que les médecins traitants marnais ne sont pas non plus des irresponsables.

Il est nécessaire de préciser que les agents, dont une majeure partie sont des sapeurs-pompiers professionnels, sont très exposés à toutes sortes de maladies lors de leurs interventions de secours à victime d’urgence ou bien lors des carences d’ambulance privée, ainsi que dans les divers hôpitaux fréquentés. Cette exposition régulière entraîne parfois une contagion qui se déclare en maladie après quelques jours d’incubation (gastroentérite, grippe, rhino-pharyngite, angine, etc…).

Vous savez que nous sommes des adultes responsables et soucieux du service public qui nous ai confié, d’autant que nous le faisons par conviction et passion. C’est pourquoi nous vous demandons de prendre toutes les mesures nécessaires pour que cette journée de ponction ne soit pas effective au sein du SDIS de la Marne, et cela pour tous les agents dans un souci d’égalité de traitement. Nous savons que la libre administration peut permettre de modifier certaines décisions prisent à la hâte et en contresens du bien être au travail. Sujet qui reste délicat dans notre établissement public s’il on en croit les résultats de l’enquête sur les risques psychosociaux qui a été faite récemment auprès du personnel.

Ce que nous demandons n’est pas seulement un geste symbolique, mais bel et bien une décision qui montrerait la confiance que vous portez auprès de l’intégrité du personnel du SDIS de la Marne, dont vous êtes le nouveau président.

Veuillez croire, monsieur le Président, en l’assurance de notre profonde considération.

Pour la CGT du SDIS de la Marne

Mario SANTIN

Vous aimerez aussi...