Malaise au SDIS de la Marne

21 02 2014

Le vendredi 21 février, à l’occasion de la tenue d’une Commission Administrative Paritaire (commission ayant compétence sur les évolutions de carrière), la CGT du  SDS de la Marne a appelé les sapeurs-pompiers professionnels à venir nombreux devant la direction pour défendre nos droits et revendications.

Il y avait également des salariés de la ville de Châlons, de la SCAPEST, de TI FUEL, des Cheminots, … plusieurs dizaines Camarades Châlonnais se sont joints à nous pour affirmer leur soutien.

Chaque point de contestation des tableaux d’avancement suffisait à mobiliser le personnel, mais le cumul n’a fait qu’accentuer le mécontentement :

– l’opacité des critères de choix portant sur la promotion,

– le nombre de nominations insuffisantes,

– la mise à l’écart des plus anciens.

Alors que l’ensemble des élus des représentants du personnel étaient présents et ceux du collège employeur, un coup de théâtre va bousculer la tenue de cette commission, le président de séance Charles de Courson est pris d’un malaise qui va l’empêcher de venir à la direction. Le vice-président n’étant pas présent, la CAP ne peut pas se tenir.

Afin de ne pas rester sans faire avancer ce dossier, nous décidons faire part de nos revendications auprès des élus en présence du directeur départemental, de son adjoint, du chef du groupement des ressources humaines et autres animateurs de son service.  

Nous avons commencé par leur expliquer les conséquences néfastes d’une réforme de la filière sapeur-pompier que la CGT a rejeté au plan local et national.

Les décrets étant parus depuis 2 ans, aujourd’hui nous contestons l’application des textes qui est faite dans notre département, à travers l’ensemble du système de promotion mis en place dans notre SDIS.

Le directeur va à l’encontre des choix des chefs de centre de secours et de service, sans aucune explication.

C’est à faire pâlir les plus talentueux artistes du cirque Zavatta, Pinder et autres joyeux drilles, que notre direction abuse de jonglerie pour établir le nombre de postes à pourvoir, ainsi que les choix des personnels d’avancement.

Cela amène un sentiment de manipulation des agents qui est très perceptible et mal vécu dans l’ensemble des centres de secours.

Lors de cette réunion les élus CGT ont réaffirmé les revendications du personnel, soit :

– Que le nombre de nominations soit en quantité suffisante pour répondre à la promotion des agents qui prennent des responsabilités supérieures à leur grade actuel, selon les décrets parus dans le journal officiel en mai 2012.

– Que la transparence soit faite sur les notes obtenues par les agents proposés ou retirés des tableaux d’avancement, auprès des élus de la CAP,

– Que cesse la mise en place en haut des tableaux d’avancement l’inscription d’agent ne pouvant être nommés qu’en fin d’année. Ce qui oblige tous les autres suivants à attendre également le même délai.

– Que la direction cesse de confondre ancienneté et vétusté.

Nous avons insisté sur les faits suivants :

OUI ! Un agent qui exerce des fonctions depuis de nombreuses années, c’est un gage de qualité.

OUI ! Notre métier est en très grande partie basé sur l’expérience de terrain et par une pratique professionnelle quotidienne.

OUI ! La complexité des interventions et leurs diversités doivent être reconnues et gratifiées à leurs justes valeurs.

Nous avons rappelé que la réforme à un impact direct uniquement pour les sapeurs-pompiers exerçant les fonctions de chef d’agrès dans les centres de secours, pour les autres ce n’est pas le même contexte. C’est pour cela que les nominations à la direction doivent se faire hors quota.

Cette mobilisation a été porteuse et le directeur département, le Colonel Colin, a annoncé :

– l’abandon du QCM pour la nomination des sergents qu’il juge inutile,

– la transparence totale sur les notations et appréciations pour les tableaux d’avancement, éléments qui seront diffusés auprès des élus de la CAP,

– qu’après l’entretien à la direction, les agents n’ayant pas été retenus pour l’avancement seront à nouveau convoqués pour en connaître les causes,

– la remise à plat des critères permettant d’établir tous les tableaux d’avancement,

– l’étude des nominations de sergent et d’adjudant possible dans l’ensemble du département.

Une réunion de travail a été programmée le mardi 4 mars prochain à la direction et à la CGT, nous suivrons de très près la mise en place les annonces formulées ce jour.

Nous n’aurons de cesse de dénoncer les abus en tous genres et nous n’accepterons jamais que les agents soient considérés comme des pions.

Même si nous n’avons pas voulu la réforme telle qu’elle est aujourd’hui, même si nous n’avons pas promis la nomination systématique pour tous, nous ne nous défilerons pas ! Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir et avec l’aide du personnel, pour qu’une application soit faite au mieux pour les agents et pour le service public que nous défendons.

* * * * *

Vous aimerez aussi...